Nouvelle parution: Phaf-Rheinberger (2017) – Sprachen Literaturen Kulturen: Literature e Outras Artes

Click on the images / covers to get to the publisher’s homepage:

In memoriam: Léon-Gontran Damas

[Click on picture for further information]

CfP: 2018 Díaz-Ayala Library Travel Grants

Nouvelle parution de Natascha Ueckmann

Pluraler Humanismus – Négritude und Negrismo weitergedacht

LINK

Neuve apparence de Ulrike Schmieder

Informacions plus ici.

Neuve apparence de Isabel Exner: Schmutz

Ästhetik und Epistemologie eines Motivs in Literaturen und Kulturtheorien der Karibik

Informacions plus:

Appel à communication « Repenser l’Europe depuis les Caraïbes : héritages et enchevêtrements » du 12 au 15 avril 2018 Université Albert Ludwig, Fribourg-en-Brisgau, Allemagne

Appel à communication

« Repenser l’Europe depuis les Caraïbes : héritages et enchevêtrements »

du 12 au 15 avril 2018

Université Albert Ludwig, Fribourg-en-Brisgau, Allemagne

Les multiples liens qui unissent les Caraïbes et l’Europe sont au cœur de la conférence organisée à l’occasion des 30 ans d’existence de la Société d’Études Caribéennes (Society for Caribbean Research, Socare). Les Caraïbes furent la première région colonisée par les puissances européennes au XVIe siècle et la dernière région à être (partiellement) décolonisée au XXe siècle. Elles ont accueilli plus d’un tiers de tous les Africains déportés dans le cadre de la traite atlantique entre le XVIe et le XIXe siècle, mais aussi un nombre considérable de travailleurs contractuels européens sous différents régimes pendant grosso modo la même période, suivis d’une main-d’œuvre contractuelle asiatique. La région fut dévastée par le génocide des populations locales perpétré par les colons européens, et de l’une des plus violentes exploitations économiques parmi les colonies européennes. Après la Seconde Guerre Mondiale, les pays européens ont compensé leur pénurie de main-d’œuvre en recrutant en grand nombre des travailleurs issus de leurs colonies caribéennes. Cela a entraîné des changements dans la politique d’accès à la citoyenneté que les puissances coloniales européennes appliquèrent à ces migrants.

Aujourd’hui, plus d’un tiers des dernières possessions coloniales européennes se situent dans les Caraïbes, et la Commission des Réparations de la CARICOM, créée en 2013, déclare que « le règne colonial européen continue de faire partie intégrante de la vie caribéenne »[1] Néanmoins, l’historiographie, la géographie ainsi que les théories sociales, littéraires et culturelles ont tendance à percevoir l’Europe et les Caraïbes comme des régions séparées, voire antithétiques. En raison de leur focalisation sur les sociétés industrielles modernes, les sciences sociales voyaient dans les Caraïbes, marquées par leur passé esclavagiste, le paradigme du retard socioéconomique, de l’inefficacité et du sous-développement. Dans cette optique elles se trouvaient à l’opposé du monde du travail salarié libre, moderne et efficace dont l’Europe se veut pionnière. De l’autre côté, formées par la confluence de populations africaines, européennes et asiatiques, les Caraïbes représentaient la diversité raciale et ethnique par excellence, comme l’attestent les penseurs caribéens de la transculturalité, de l’hybridité et de la créolisation. Vice-versa, l’Europe – après des siècles d’émigration massive, la construction des nations, les expulsions et les vagues de nettoyage ethnique – affiche une homogénéisation ethnique accrue. L’inversion du schéma migratoire depuis le milieu du XXe siècle en direction de l’Europe, parmi d’autres régions, a déclenché des débats intenses sur la notion de race partout dans le continent, au point que l’immigration est perçue de plus en plus comme une menace pour les sociétés européennes. Dans les études littéraires, on tend toujours à opposer le statut canonique des littératures européennes ‘nationales’ à la production ‘postcoloniale’ caribéenne. De même, la notion de postcolonialité est surtout appliquée aux anciennes colonies, tandis que celle de l’Europe vient tout juste d’être abordée.

Dans le sillage des crises humanitaires causées par les ouragans et les séismes les plus récents dans le bassin caribéen, les efforts d’aide aux victimes de catastrophes, insuffisants et incohérents, ont une fois de plus soulevé des questions sur les relations politiques et économiques entre les puissances occidentales et les Caraïbes. Face aux catastrophes sanitaires et aux vagues d’émigration, les économies insulaires sont confrontées à des régimes de citoyenneté divergents, à des responsabilités politiques fragmentées et à des arrangements économiques proches de l’exploitation qui mettent en évidence le statut géopolitique ambivalent de nombreux territoires caribéens vis-à-vis des intérêts de l’Europe et des États-Unis.

Dans ce contexte, la conférence se concentre sur les héritages et les continuités du colonialisme européen dans la région et sur les enchevêtrements transrégionaux entre les Caraïbes et l’Europe. L’analyse des langues, des histoires (post)coloniales, des trajectoires socioéconomiques et des pratiques esthétiques des Caraïbes qui tienne compte de leurs relations avec l’Europe permettra également de repenser l’Europe depuis les Caraïbes. La conférence vise à réduire l’hypervisibilité de l’Europe occidentale en ciblant davantage les enchevêtrements caribéens avec l’Europe du Sud et de l’Est, ainsi que les ‘Europes oubliées’ que sont les territoires et régions d’outre-mer caribéens. Comment les perspectives caribéennes peuvent-elles contribuer à une compréhension différente et plus nuancée de l’Europe ou des Europes aujourd’hui?

Nous encourageons des contributions issues d’un large éventail disciplinaire, y compris (mais non exclusivement) les études littéraires et culturelles, la sociologie, l’anthropologie, la linguistique, la philosophie, l’histoire, la géographie, et les sciences politiques. Des perspectives inter- et transdisciplinaires sont particulièrement bienvenues, tout comme les présentations par affiche de projets de thèse. Les contributions peuvent être envoyées en anglais, en français ou en espagnol et nous apprécions particulièrement la mise à disposition de polycopiés ou la présentation de powerpoint dans une langue différente de celle de la présentation orale. Les sujets possibles sont :

  • Les Caraïbes comme laboratoire de la modernité européenne
  • Le régime politique de la race et la racialisation des Caraïbes dans l’Europe
  • Flux migratoires reliant l’Europe aux Caraïbes
  • Colonialité, décolonisation partielle et territoires européens caribéens aujourd’hui
  • Capitalisme et travail non salarié dans l’Europe et les Antilles: esclavage, servage secondaire, engagement contractuel, apprentissage
  • Intérêts européens économiques dans les Caraïbes d’aujourd’hui : par ex. tourisme de villégiature, paradis fiscaux, propriétés foncières et zones de libre-échange
  • Citoyennetés européennes et du Commonwealth dans les Caraïbes et citoyennetés caribéennes dans l’Europe
  • Changement climatique, crises humanitaires et prévention des catastrophes dans le contexte de l’ambivalence géopolitique et des souverainetés fragmentées dans les Caraïbes
  • Les Caraïbes dans les politiques européennes de la mémoire : par ex. génocide indigène, esclavage, demandes de réparations des pays européens par la CARICOM
  • Repensant l’Europe (les Europes) à la lumière des notions caribéennes de transculturation, hybridité, et créolisation
  • Enchevêtrements esthétiques entre les Caraïbes et l’Europe du Sud et de l’Est dans la littérature, le cinéma ou les arts visuels
  • Pratiques linguistiques, interrelations linguistiques, politiques linguistiques

Les propositions de communication ou d’affiche (veuillez préciser votre choix) devront inclure le nom et l’affiliation de l’auteur, le titre de la présentation, un résumé d’environ 300 mots et une brève note biographique.

Les propositions sont à soumettre aux deux organisatrices avant le 15 novembre 2017:

Manuela Boatcă: manuela.boatca@soziologie.uni-freiburg.de

Annika McPherson: annika.mcpherson@philhist.uni-augsburg.de

[1] http://caricomreparations.org/caricom/caricoms-10-point-reparation-plan/

Nécrologie de Jean Bernabé

Le linguiste et écrivain martiniquais Jean Bernabé s’est éteint le 12 avril 2017.

Dans le domaine de la créolistique, Jean Bernabé fut l’un des scientifiques les plus importants de nos temps. Sa mort laisse un vide difficile à combler dans les communautés des chercheurs du monde entier.

Le professeur émérite de l’Université des Antilles était le fondateur du GEREC (Groupe d’études et de recherches en espace créolophone, plus tard GEREC-F (Groupe d’études et de recherches en espace créole et francophone), aujourd’hui CRILLASH (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines). Celui-ci est un groupe transdisciplinaire et international consacrant ses recherches aux langues et cultures créoles en Martinique, Guadeloupe et Guyane. Le GEREC compte bien davantage d’acquis dont par exemple la création d’un CAPES de créole. C’est également grâce à Jean Bernabé que l’université ouvrit ses portes pour une licence et un master en créole.

Mais l’activité de Jean Bernabé déborde le cadre de la linguistique. La publication de L’Éloge de la Créolité (1989) qu’il élabora avec ses amis et collègues Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant, joue un rôle prépondérant pour la conception d’une identité et culture créole. Jusqu’à sa dernière publication, La Dérive identitariste (2016), Jean Bernabé chercha à trouver des pistes des solutions qui aident à assumer le passé colonial complexe.

Privilégiant le bien-être de la communauté, cet homme éloquent et déterminé a toujours mis au second rang ses aspirations personnelles. Jean Bernabé était marié et avait deux enfants ainsi que trois petits-enfants. Le CRILLASH de l’Université des Antilles dédiera du 25 au 27 octobre 2017 le colloque international Tracées de Jean Bernabé à sa mémoire.

Ci-joint vous trouverez quelques liens sur sa vie et son œuvre :

http://www.montraykreyol.org/article/loeuvre-du-pr-jean-bernabe-au-sein-de-notre-universite http://montraykreyol.org/article/creolistique-jean-bernabe-ou-le-choix-dune-vie-1e-partie http://www.montraykreyol.org/article/creolistique-jean-bernabe-ou-le-choix-dune-vie-2e-partie http://www.montraykreyol.org/article/creolistique-jean-bernabe-ou-le-choix-dune-vie-3e-partie

CfP: African Diasporic and Indigenous American Religious Traditions: Continuities, Intersections and Global Impact

Indigenous and African Diasporic communities practice spirit-based religious traditions throughout the Americas. The core of these traditions is indigenous or African but they also absorb elements of colonial traditions, especially from Catholic, Protestant and Freemason sources. Indigenous and African Diasporic traditions have also had contact with one another. African Diasporic spirit-based religious traditions include Vodou, Santería, Candomblé, Palo Monte, Kumina and others, and are practiced in Haiti, Cuba, Jamaica, Brazil, the Dominican Republic, the entire Caribbean, the United States, Canada and beyond. Since pre-Columbian times, indigenous communities have practiced spirit-based religious traditions (sometimes called “Shamanism” or “Shamanic practices”) throughout the Americas. Those communities include, for example, the Mapuche, Matsigenka, Avá-Chiripá, Inuit, Cubeo, Warao, Baniwa and others in countries like Chile, Peru, Paraguay, Bolivia, Brazil, Venezuela, Colombia, the United States, Canada and others. Still struggling against the effects of colonialism, indigenous and African Diaspora spirit-based religious traditions stand today as major world religions. However, in spite of their importance for humanity, not enough is known about them, their interactions, and their local and global impacts.

 

The language of this volume is English. Abstracts plus preliminary bibliographies are being accepted until September 1, 2017. The Maximum length of the abstract is 450 words (1 page, .12 font, single-spaced) and the maximum length of the bibliography is 1 page (.12 font, single-spaced). A response about the abstract will be sent no later than one month after reception. If your abstract is accepted, the deadline for the submission of the final draft of your 5,000-8,000-word chapter is January 31, 2018.

 

Send ideas, abstracts and bibliographies attached in an email to Hebblethwaite and Jansen:

 

 

Full CfP: CFP African Diasporic and Indigenous American Religious Traditions

New Open Access Academic Journal for Caribbean Studies

New Open Access Academic Journal for Caribbean Studies

Karib: Nordic Journal for Caribbean Studies (ISSN 2387-6743) is a peer-reviewed open-access journal for research articles. The focus is on literature and literary theory, but we welcome articles with a cross-disciplinary approach seeking to engage in dialogue with various fields, notably history, anthropology, art, aesthetics, performance studies, cultural studies, and history of ideas, in order to promote high quality research on contemporary and historical Caribbean topics.

Based at the Department of Languages at Uppsala University and published with Stockholm University Press, the journal accepts articles in the region’s three major languages: English, Spanish, and French./Karib/is published online as a continuous volume and issue throughout the year, thus insuring a swift publication process. Articles are submitted on-line and are made available as soon as they are accepted by the Editorial Committee.

We invite researchers and doctoral students to submit articles on any topic corresponding to the journal’s area of interest. But we also issue calls for papers on specific topics which will be published in a special section on Karib’s website. For this year, we are opening a special call for articles: “Curating the Caribbean: Museum Practice, History and Identity Formation”.

For further information, please read our latest editorial at www.karib.no and do not hesitate to spread the word to colleagues and students.

Christina Kullberg (Uppsala University) and Hans Jacob Ohldieck (University of Bergen), editors.